Dossier

Le Mur

LE MUR d’Itziar Pascual

 

Synopsis :

 

Le murbien réel, qui sépare les appartements de Mujer et de Maria Amparo, est aussi ce mur de silence et de honte qui entoure la question de la violence entre hommes et femmes. Malmenée par un mari misogyne et un fils violent, Maria Amparo se réfugie dans un monologue intime auquel répond, en écho, de l’autre côté de la cloison, le monologue de Mujer. Mujer, écrivain et témoin de ce drame de la vie quotidienne, est prise au piège de ses propres contradictions, entre révolte et peur, confort de silence et désir de dénoncer. Désir aussi d’une communication qui s’avèrera difficile et limitée.

 

Cette pièce de théâtre est une initiative originale pour dénoncer les violences faites aux femmes et sensibiliser la société, toute la société, victime, témoin ou simple spectateur.

Le mur est un « outil »  à disposition des pouvoirs publics et des associations d’aide aux femmes victimes de violence pour aborder ce sujet différemment et contribuer ainsi à la lutte contre ce fléau.

 

Chaque représentation est suivie d’une discussion avec des acteurs associatifs, culturels, artistiques, universitaires ou institutionnels.

 

Durée de la représentation : 50 min

 

Fiche technique du spectacle :
Dimensions minimum : 3,5 m d’ouverture, 2,5 m de profondeur, 5 m de hauteur
Temps de montage : 2 hr

Prix de cession du spectacle : 2 000 €. Le transport et l’hébergement restent à la charge de l’organisateur.

 

Mise en scène : Matthieu Pouget

Comédiennes : Laura Barrado, Hegoa Garay et Pedro Elías Garrido Pargas

Technique : Jean-Paul De Sa

Musique : Jodël Grasset-Saruwatari

Photographe : Benedyct Antifer

Les Délieuses de Langues

Dispositif théâtral de sensibilisation au dépistage organisé du cancer du sein.
Créé à la demande du comité Octobre Rose, coordonné par Doc 31, structure en charge du dépistage organisé du cancer du sein en Haute-Garonne.

Réalisé en étroite collaboration avec des médecins et à partir de témoignages de femmes, ce spectacle explore avec naturel et humour les réticences des femmes à faire une mammographie. Parler de l’intime dans un climat de confiance, dédramatiser la maladie, rire des excuses qui permettent d’éviter le dépistage, voilà ce que proposent les Délieuses de langues. Peu à peu le public s’identifie à ces femmes, et un espace de parole commun se dessine, où l’on peut verbaliser ses craintes et discuter sans tabou avec un médecin.

Comédiennes :  Hegoa Garay, Paula Espinoza, Leonor Harispe, Cathy Beillin

Genre : Comédie de l’intime

 

La Presse en parle :

 

https://viaoccitanie.tv/la-maison-des-solidarites-de-frouzins-sensibilise-au-depistage-du-cancer-du-sein/

Le dépistage du cancer théâtralisé – 19_11_2018 – ladepeche.fr

http://www.ladepeche.fr/article/2013/11/09/1749373-maubourguet-theatre-sante-les-delieuses-de-langues.html

http://www.ariegenews.com/news-68666.html

 

Las cronicas del Sochantre – Dossier

Dossier de presse

Centenaire du conteur et dramaturge galicien

Nous voilà au début du chemin qui nous mènera peut-être jusqu’à Saint-Jacques. Ils seront tous là, Antigone, OEdipe, Merlin, Faust, L’Apôtre, Don Quichotte, Saint Saturnin, Don Juan et le roi Hamlet sur le chemin avec nous, comme le dit si bien Álvaro Cunqueiro.

Nous partirons sur les chemins poussiéreux tels des troubadours, des crieurs, des bonimenteurs, tout en colportant son univers.

Un univers imaginaire qui emprunte à la caricature, à l’expressionnisme, à l’avant-garde surréaliste, aux esperpentos de Valle-Inclán ; une théâtralité ironique qui prend corps dans un langage oral aux inflexions lyriques et populaires.

Un théâtre nourri des décombres de la culture celtique échoués sur la grève galicienne ou sur le vieux chemin poussiéreux de Saint-Jacques-de-Compostelle : comètes, chantres, tempêtes, guérisseurs, poèmes, corbeaux, parapluies, grottes, pèlerinages, coqs, mages, légendes… Tout un monde d’hybridation magique et rationnelle…

Une pièce comme un retable populaire, où se trouvent réunies la fantaisie enjouée, la beauté grotesque, la sensualité ludique et la tendresse ironique du plus borgésien des poètes-troubadours du XXe siècle.

Dossier de presse